Quatrième semaine de confinement… entre isolement et alcoolisme

Scroll down to content

Un mois déjà. Je commence à trouver le temps long… La frustration s’installe. Heureusement, j’ai un smartphone. Et quelques numéros à appeler.

courses

Lundi 6 avril – Quelques emplettes

Hier soir, j’ai fait un apéro visio avec ma copine Justine. Elle a descendu seule sa bouteille de rouge. Elle avait l’œil brillant, même à la webcam. Et à chaque fois que j’approchais le verre de mes lèvres pour boire mon propre breuvage alcoolisé, elle demandait :
« Tu bois quoi, toi ?
– Du cidre.
– Ha oui, c’est vrai. J’ai préféré oublier tellement tu fais pitié. »

J’avoue. Je n’avais rien de mieux et les autres bouteilles de ma réserve ont une certaine valeur. Je n’allais pas les sacrifier au nom de l’ennui.

alcool

Me voilà donc chez Auchan, mon caddie de courses à la main, en train de traîner au rayon tise. Côtes du Rhône… Voilà ce qu’il me faut. Une mère de famille me regarde de travers et éloigne sa marmaille. Il faut dire que j’ai les cheveux violets, sales, un anneau dans le nez, mon T-shirt Sex Pistols des grands jours et un legging de yoga troué au genou. Une bouteille entre les pognes, l’affaire est effectivement peu engageante. Il m’apparaît soudain que si l’un de mes crushes passe dans le coin, il risque de me bloquer direct sur Insta. Je termine donc mes courses en quatrième vitesse en dissimulant mon visage derrière un paquet de farine bio.

cachée

Mardi 7 avril – < Insérez un titre de Jennifer Paige >

Je pense que c’est dû à l’effet confinement, mais j’ai des pulsions presque animales quant au contact avec l’autre sexe. Hier, j’ai failli sauter sur le caissier dégarni et bedonnant. Et puis, il y a ce type dans mes DM… J’ai tellement envie de le toucher que, par moments, j’espère qu’en me concentrant bien, la paroi de l’écran de mon smartphone devienne fluide et se transforme en un portail qui me permette de le rejoindre. Malheureusement, je ne fais que cogner perpétuellement mon front contre l’objet inerte.

Jennifer Paige

Nous n’échangeons finalement que des banalités, mais je ne sais pas… Y’a comme un truc chez lui qui m’attire outre-mesure. Certainement quelque chose de physique et sans issue, d’ailleurs. J’ai déjà ressenti ça. Tout ceci ne m’inspire rien de bon. Anticipant une possible déception, je décide de refaire le tour de Tinder. Nouveau match. Il m’avoue rapidement aimer Madonna presque autant que moi, j’aime la Material girl. Bien sûr qu’il est gay. Bien sûr que nous en sommes déjà à rire comme des bossus devant la dernière saison de Drag Race. De là où elle est, ma grand-mère doit sûrement me répéter : « Mais comment fais-tu pour n’attirer que des toquards et des pédés ? » Ma foi, je vis avec.

Mon crew (and I’m proud)

Mercredi 8 avril – « Coucou ! Tu veux voir ma bite ? »

Je n’ai presque pas dormi de la nuit… Puisque je l’ai passée à discuter avec un charmant jeune homme. Trop charmant d’ailleurs. Trop beau pour être vrai. J’allais de surprise en surprise, essayant à chaque fois d’enchérir sur mes pires vices.
« Mec, je suis fan de Mariah Carey, tu ne me supporterais pas plus de deux jours.
Mais j’adore Mariah ! Vocaliste incroyable et, mon Dieu, ces courbes…
Je connais l’intégrale de Buffy par cœur.
Buffy, c’est la mère de toutes les séries modernes.
Je twerke en rotant sur du Francky Vincent.
SEIGNEUR. Veux-tu m’épouser ? »

single ladies
PUT A FUCKING RING ON IT !!!

Il y a forcément une erreur, un glitch dans la matrice. Je cherche, rien n’y fait. Il est parfait. Je commence à me détendre, lorsque… « Ha oui ? Tu connais machin ? C’est fou ça, c’est un vieux pote. » Et merde. J’avais comme un début de sentiment il y a quelques mois pour le pote en question. Lui, pas. Je m’étais donc parée de toute ma fierté, vexée, et j’ai décidé de salement le ghoster. Que faire ? Comme d’hab, Lily fait le mauvais choix de la franchise désinvolte :« Bah écoute, on couchait ensemble. J’ai pas avalé la fin de l’histoire, alors je fais comme si ce fils de pute n’existait pas. » Mais, de rien. C’était gratuit.

fuck it up

Ce matin, j’essaye désespérément de mon concentrer sur mon travail. Dans un demi-sommeil, piquant du nez plusieurs fois au-dessus de mon clavier. Jusqu’à ce que mon téléphone vibre et m’arrache à ma réflexion. C’est la créature sexy pour laquelle j’essaye de réfréner mes ardeurs. J’ouvre le message avec un sourire. C’est alors que je me retrouve nez à nez avec… une énorme bite. Je penche un peu la tête sur le côté, lève un sourcil. Intéressant, ma foi. Je note surtout un simple anneau en argent à l’une de ses phalanges droites. Cette bague, ce tout petit anneau, me fait à lui seul un effet de dingue. Le diable se cache dans les détails…

GIF réaction

Jeudi 9 avril – Volutes alcooliques

J’écris ces quelques lignes complètement bourrée à minuit passé. Si ce paragraphe survit à ma relecture, faites-en mon épitaphe. Bien. Il s’avère que l’homme sexy qui hante mes DM Insta est vendeur. Et qu’il est en mesure de travailler malgré le confinement. Or, il vend quelque chose dont j’ai éminemment besoin. Je vous passe les détails par pudeur – du moins, le peu qu’il me reste. Je suis donc passée acheter ce qu’il me manquait. Et il était là. J’ai dû me contenir pour ne pas céder à toutes les sales idées qui me passaient par la tête.

GIF reste forte

À chacun de ses mots, j’avais envie qu’il m’arrache mes vêtements. Comme ça, là, maintenant, tout de suite. Peu importe si j’ai les seins qui pendent conséquemment à mes multiples prises et pertes de poids, j’aurais tout donné pour les lui montrer et qu’il les touche. D’autant qu’en plus d’être sexy, le mâle s’avère intéressant. Du coup, en rentrant, j’ai éteint mon téléphone et me suis mise à boire. Pour compenser ma frustration, pour oublier le fait que je suis déraisonnable. Comme toujours, encore et encore. Incorrigible. Avant que je n’éteigne, Gwen m’a écrit « Putain, t’es terrible. » Ô Gwenou, tu ne crois pas si bien dire…

réaction désespérée

Vendredi 10 avril – Pendue au téléphone

J’en ai marre du confinement. Ras le bol. Je pète légèrement un câble entre mes quatre murs. Mes proches m’écrivent, m’appellent. Je joue l’incarnation vivante de la frustration. J’ai envie de les voir, les sentir, les toucher. Gwen, qui s’occupe d’ouvrir ma cigarette électronique quand j’ai besoin d’en changer le liquide, me manque particulièrement… Pour tromper l’ennui, je passe un coup de fil à un ancien collègue journaliste.
« Franck, s’il te plaît, viens à la maison.
– Lil’, ça fait trois fois que je te dis non. Sois gentille, calme-toi.
– J’y arrive pas. Je passe mes journées à tourner en rond en écoutant Lil Kim.

Rappelle-moi quand tu en seras à Mary J Blige, je saurais que la situation est grave.
– Family affair, ça compte ?
– Non. »

Franchement, sympas les potes.

J’avais besoin de parler aujourd’hui. J’ai donc appelé tout le monde. J’en suis arrivée à Maud. Ma copine complètement barge qui vit dans un sous-sol délabré en banlieue parisienne. Je l’aime comme une dingue, cette tarée psychopathe.
« Putain, mais arrête avec tes conneries de Tinder. C’est pas en matant des bites toute la journée que tu vas régler tes problèmes de frustration.
– Oui, madame. (…) Mais dis, Maud, c’est qui le mec que j’entends parler derrière toi ?
– Ta gueule, Lily. Ta gueule ! »

C’est la fin du monde. Et il devient fou.

GIF optimiste

Samedi 11 avril – Poulet au curry

Ma mère a décidé de m’amener mon repas de Pâques… Un poulet au curry. Sauf que je ne mange plus de viande. Depuis un bail. Or, briser le cœur de ma mère, ce n’est pas évident pour moi. Je suis contente de la voir. Même si ce n’est que pour une entrevue furtive sur un parking… Pour s’échanger des Tupperware comme les mafieux des kilos de crack. Je lui ai fait des petits fondants au chocolat vegan. J’espère qu’elle comprendra le message. Pour le poulet, je la remercie d’une bise et ne la contrarie pas plus. Je ferais le tri dans mon assiette plus tard.

végétarien

Dimanche 12 avril – Fêtes pascales

D’habitude, pour Pâques, ma mère cuisine et organise un grand repas avec toute la smala accoudée autour de la table. C’est ma première fois seule. Ce sont aussi mes premières Pâques sans ma grand-mère. Et c’est également l’anniversaire de ma petite cousine. Mon bébé… Aujourd’hui majeur. J’ai donné le biberon à cette enfant. Et maintenant, c’est elle la jeunesse vibrante du cercle familial. Moi, je me sens déjà vieille et usée. Je lui avais acheté un joli cadeau pour l’occasion… Cadeau qu’elle n’aura qu’à la fin de cet interminable confinement. Nouvelle frustration.

Et pour compliquer ma vie sentimentale virtuelle, le pote de mon ancien crush s’avère de plus en plus intriguant. Or, je ne sais pas. Gwen suit passionnément le feuilleton, elle veut des petits-enfants. Je lui réponds que je verrais bien, que je m’en fiche. Et c’est un peu vrai. Quand nous serons libérés, j’irai embrasser mon père, ma mère, mon chien… J’irai boire un verre avec lui. Et cet autre. Je partirai au Maroc chez Zaynab. Maud viendra me rendre visite. Je retournerai à Lyon, auprès des miens. Dieu, qu’il me tarde d’y être…

signature

2 Replies to “Quatrième semaine de confinement… entre isolement et alcoolisme”

  1. Sympa de lire ce genre de format, avec un peu d’humour car je n’en peux plus des titres spécial confinement.
    J’ai l’impression d’être à la confesse (comme si j’en avais déjà fait!) ou alors une de tes potes. C’est trés cool. En tout cas, tu n’es pas seule à ressentir tout ca, sois en rassurée ! Pulsions animales et alcool, quel joyeux ménage. Mais en effet, seule et entre ‘4 murs pas terrible. Mais Bientôt, on pourra lâcher les chiens 😉
    Courage et au plaisir de te lire à nouveau !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :