Le jour où j’ai découvert que j’étais bonne (un peu comme toi)

Scroll down to content

C’est l’histoire d’une meuf qui, dans le fond, ne s’est jamais vraiment assumée. Elle avait beau clamer des slogans #BodyPositive, rien n’y faisait. Elle se trouvait toujours trop grande, trop grosse, trop pâle, trop laide. Jusqu’au jour où, finalement…

J’ai été une enfant boulotte et complexée. Si bien que je rentrais mes épaules vers l’avant et que je baissais la tête, tout le temps. Tel le tatou à trois bandes, je cherchais ainsi à me rouler en boule pour mieux me réfugier dans ma carapace. Pour ne pas arranger mon cas, ma puberté est arrivée précocement. J’étais encore au CM1 quand mes seins se sont mis à pousser et les Anglais à débarquer. Encore pire, je mesurais déjà trois têtes de plus que la moyenne de mes camarades et ma mère me faisait couper les cheveux à la brosse.

desireless
On n’est pas passé loin…

Je me détestais. Physiquement, du moins. Si bien que je préfère enterrer les clichés de moi petite. Encore aujourd’hui, il y a quelque chose que je n’ai pas surmonté et me voir me fait monter les larmes. J’étais grosse, mal fagotée, avec un double menton, des ratiches de rat et des nichons de petite obèse. J’en ai la nausée. Ne me dites pas que je me fais des idées : vous avez tort. Plusieurs de mes exs ont confirmé mes dires à la vue des rares photos que je planque au fond d’un placard chez moi. Cite le dernier en date : « PUTAIN, mais t’étais vraiment dé-gueu-la-sse. » Tout un poème.

GIF Dikkenek
« Y l’est môche ct’enfant… On dirait son père. »

Teenage whore

Ma perception de moi-même ne s’est pas tellement améliorée au collège, où je pense que mon dos voûté, ma tête toujours basse et mon sac à dos fleuri n’auront pas aidé à m’intégrer. Je me souviens d’un grand type brun, des chtars plein le visage et un survêtement blanc d’une saleté répugnante, qui m’avait alpaguée pour me cracher au visage : « T’es plus grande que ma daronne, tu fais peur, t’es chelou, vas bosser au cirque. » Le problème, c’est qu’en plus d’être moche, j’étais une teigne. Allons donc, je l’ai griffé au visage et j’ai cogné aussi fort que j’ai pu. J’ai été collée, pas lui. Encore aujourd’hui, je fulmine.

réaction énervée

Quand soudain, un jour, je ne sais trop comment, je suis devenue mignonne. Je n’ai jamais fait l’unanimité auprès du grand public, mais je ne saurais dire… J’imagine que les hormones ont enfin finalisé tout ce bordel de puberté. Puis, on m’avait retiré mes bagues, me défaisant à jamais de mes faux-airs de hamster syrien. Je maîtrisais aussi un peu mieux mon look – quelque part entre Avril Lavigne et Courtney Love. J’étais peu à peu devenue une experte dans l’art du crayon khôl et dans la pause de Color pulse violet, rouge et noir. L’ensemble était-il réussi pour autant ? Certainement pas, mais mes copines m’élevaient au rang de star.

GIF high school
Mon crew et moi – collège François Mitterrand (2008)

Est-ce que je me trouvais enfin jolie ? Point du tout. Néanmoins, j’ai commencé à développer quelque peu ma confiance en moi. Je l’ignorais, mais c’était une première étape, et une étape cruciale, dans le processus d’acceptation de soi. Et cet embryon de confiance m’est apparu lorsque j’ai commencé à m’affirmer. J’aimais le rock. Je voulais porter des jupes en tartan courtes, des Doc Martens, des bracelets en cuir. J’assumais mon look, ma personnalité. Dès lors, les garçons ont commencé à me tourner autour. Aux plus jeunes qui me lisent, je peux affirmer une chose : c’est l’assurance qui rend sexy, pas le tour de poitrine, encore moins le volume de tes fesses…

GIF Nicki Minaj

L’ex toxique

Au lycée, j’étais toujours complexée, mais bon, j’ai continué à plaire. J’ai toujours eu plusieurs love interest, un petit copain quitté en appelait forcément un nouveau. Pendant longtemps, j’ai cru que c’était dans leur regard à eux que j’étais belle, et que seul ceci importait. Que je ne m’aime pas n’était qu’un détail, tant que je m’arrangeais pour qu’eux m’aiment, c’était selon moi l’essentiel. J’ignorais que ce mode de pensée était des plus malsains. Car ma propre image ne se satisfaisait que de l’approbation de l’autre.

citation Madonna
Déjà utilisé ici, mais toujours valable.

J’allais apprendre à mes dépens ô combien cette philosophie était destructrice. Vint, mon année de terminale, un garçon. Que j’aimais beaucoup, avant de finir par le haïr en tous points. Et pour cause. Au début, il me disait que j’étais la plus jolie, la plus drôle, la plus intelligente… Je me sentais bien. Malheureusement et progressivement, il a commencé à s’acharner sur mon physique. « C’est quand même dommage que ton ventre ne soit pas plat… Tu veux pas manger plus équilibré ? Jsais pas, elles aiment ça les régimes, les filles, non ? »

Carrie Bradshaw choquée
La réaction outrée que j’aurais dû avoir

Pourquoi me suis-je tant attachée à un trou du cul pareil ? Franchement, je l’ignore. Peut-être que j’espérais que si je suivais à la lettre tous ses désirs, il me trouverait à nouveau belle et je me sentirais comme telle. Alors, je me suis teint les cheveux en roux, je n’ai mangé que des brocolis, mis des escarpins à talons… Rien n’y faisait. Il n’était jamais content. « T’étais mieux en brune, en fait… T’es chiante avec ton régime, jvoulais qu’on se fasse un KFC ce soir. Ha, et tu marches comme un cheval, t’es ridicule, remets tes baskets. »

GIF réaction
L’autre réaction censée que j’aurais dû avoir.

Le paroxysme fut atteint lorsqu’un soir, en sortant de ma douche, il m’a toisée de haut en bas, avant de déclarer :
« C’est vraiment de l’arnaque, tes gros seins… En vrai, quand t’as plus de soutif, ils pendent et ils sont grave écartés. C’est super moche. Y’a pas moyen de faire un truc pour ça, genre si tu perds encore un peu de poids ?
– Heuuuuu… Ben, ben… Non. Ils sont comme ça, en fait.
– Renseigne-toi, tu devrais pouvoir te faire rembourser une chirurgie, parce qu’à mon avis, ce que t’as là, c’est pas normal. »

Vous ne vous rendez pas compte. À l’époque, il n’existait pas de Madmoizelle.com pour m’expliquer que mon corps était effectivement normal et que ce type était un gros connard. Si ça avait été le cas, je l’aurais déjà quitté et j’aurais beaucoup moins pleuré cette année-là.

GIF réaction Homer Simpson

Variations de poids

Fort heureusement, après, il y eut Mister Big. Et sur le plan de l’appréciation physique, lui, fut un remède inespéré. Il m’aimait mince aux beaux jours, mais trouvait quand même que la Kardashian n’avait qu’à aller se rhabiller, lorsque je prenais dix kilos de stress à l’approche des partiels. Néanmoins, l’ex toxique avait laissé des traces. Si bien qu’il aura fallu presque un an pour que je retire mon soutien-gorge complètement devant Big.
« Tu vois… Ils ne sont pas beaux. Ils pendent.
T’es trop conne. T’as des gros nibards bien lourds et gorgés de soleil. T’es parfaite. »

Bruno Mars Treasure
« Gimme your, gimme your attention, baby… »

Parfaite. Oui, mais dans ma tête, je répondais toujours : « Pour toi, seulement. » Si bien que, quand nous nous sommes séparés, j’en suis venue à un laisser-aller presque total. Bien sûr, il y eut d’autres facteurs, la fin des études, l’entrée dans la vie active, quelques mois de chômage… J’ai pris presque 30 kilos. J’ai toujours été coquette malgré tout, donc je ne négligeais jamais mon maquillage et mes tenues. Cependant, au fond de moi, je me trouvais grosse et moche. Et je m’en fichais aussi un peu… Puisque bon, j’avais perdu le seul mec qui me trouvait belle quoi qu’il arrive. Alors, à quoi bon ?

GIF hamster
Mes grandes ratiches et moi en dépression

Mon état de santé a fini par me rattraper. Rien de grave, mais mes jambes ont commencé à enfler l’été, au point que je ne les sentais parfois plus. J’étais essoufflée de marcher ne serait-ce que dix minutes, alors que deux ans auparavant, je crapahutais dans les rues de Lyon des journées entières, ne prenant le métro qu’en dernier recours. Et à l’endocrinologue de se montrer formel : « Vous avez de la chance, mais ce ne sera pas éternel. À ce rythme, vous risquez diabète, hypertension et maladies cardio-vasculaires.« 

GIF réaction Scrubs

I’m coming out

Allons donc, j’ai pris mon courage à deux mains et j’ai perdu ces trente kilos de larmes et de frustration. J’ai désormais retrouvé mon poids de forme. Suis-je mince pour autant ? Loin de là, rien à faire, ce bourrelet ne partira jamais. Mes seins pendent-ils moins ? Mon Dieu, non, c’est pire. Et je déteste toujours autant mes cheveux fins et secs, ma mâchoire de boxeuse, mes pieds calleux, mon nez anguleux, ma peau bien trop blanche et bien trop sensible. Néanmoins, il y a de cela environ six mois, il m’est arrivé quelque chose d’inconcevable.

GIF Phoebe Friends
Ma seule bonne réaction de tout cet article

Je passais en revue mes tenues pour une soirée entre amis. Devant mon miroir, j’en étais à jauger le potentiel d’une mini-jupe en cuir associée à un body en dentelles et mon éternelle paire de Doc Martens. Quand soudain, là, debout entre les piles de fringues et les cintres… Je me suis trouvée franchement pas mal. En effet, ma poitrine rebondie a de quoi perturber le mâle hétéro moyen et, comme se tue à le répéter mon pote Franck, j’ai des jambes longues et musclées pouvant rivaliser avec n’importe quelle rappeuse US.

Megan Thee Stallion
I am not impressed, Megan…

Il m’aura fallu 28 ans d’existence pour me trouver belle sans chercher l’approbation d’un homme. Et, sans ladite approbation, je m’aperçois un peu plus chaque jour que les choses se passent désormais bien mieux dans ma tête. À bien y réfléchir, je ne connais cela dit personne de foncièrement laid. Que des hommes et des femmes, tous différents, tous beaux, puisqu’en réalité, il n’existe aucun critère, sinon celui de notre propre perception. Et nous sommes tous si nombreux sur cette Terre… Pourquoi chercher à plaire à l’un, alors que l’autre nous trouve déjà superbe ?

Prenez soin de vous, putains de beaux gosses,

signature

3 Replies to “Le jour où j’ai découvert que j’étais bonne (un peu comme toi)”

  1. Merci beaucoup pour ton message… Après, y’a toujours des jours où on se trouve laid à faire peur, ça, ça ne change jamais !
    Par contre, non, c’est une référence au Péril jeune, le film de Klapisch… Je n’ai jamais aimé Indochine, désolée 😦

    J'aime

  2. Bonjour, très bel article sur le ton de l’humour 🙂 je valide 🙂
    Sur mon blog j’évoque ma maladie avec beaucoup de légèreté également et donne des conseils pour sortir cette maladie des stéréotypes. Si tu as le temps n’hésites pas à passer 🙂 belle journée 🙂

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :