Adolescente de 28 ans, je gère mal ma vie d'adulte

Adolescente de 28 ans, je gère mal ma vie d’adulte

Scroll down to content

Malgré mon âge avancé, j’ai du mal à me considérer véritablement comme une adulte. L’argent, l’immobilier, la maternité et le permis de conduire me préoccupent beaucoup moins que la couleur de mon prochain liquid matte lipstick

30 ans bientôt. Et pourtant, j’ai toujours l’impression désagréable d’avoir raté une étape dans l’ascension vers l’âge adulte. Impression renforcée dernièrement lorsque ma copine Justine m’a annoncé :
« Je pense avoir un apport suffisant pour acheter.
– Acheter quoi ?!
– Un appart, banane ! »

Quand Justine est-elle devenue une daronne causant apport financier et investissement immobilier, au juste ? Personnellement, tout ceci me donne le vertige et m’angoisse terriblement. Rembourser un crédit ? Mission impossible.

argent
Moi, un jour de paye.

Et pour cause. Gérer mon argent me semble un challenge de tout instant, auquel je renonce à chaque nouveau salaire. Je suis quand même cette fille qui a demandé rendez-vous à sa banquière pour savoir si elle pouvait geler ses comptes.
« Vous pouvez pas faire un truc du genre, ben si il reste moins de 100 euros sur mon compte courant, tout est bloqué et je ne peux plus rien dépenser ?
– Mais enfin, mademoiselle Nelson, c’est étrange comme demande ! Et, à part ces 200 euros sur Beauty Bay, ce mois-ci, vous êtes plutôt raisonnable.
– C’était 200 euros de faux-cils.
– Mais qui dépense 200 euros dans des faux-cils ?
– C’est bien ce que je vous dis : enlevez-moi cette putain de CB, bordel ! »

Irresponsable. Une adolescente en possession de moyens lui paraissant illimités et sans cesse désillusionnée.

GIF shopping

Vous comprendrez donc qu’acheter un bien immobilier dans ces conditions s’avère tout bonnement inenvisageable. D’autant que, je ne sais trop pourquoi, mais je ne me sens absolument pas prête à franchir le pas. Quand j’y réfléchis, l’argument qui me vient systématiquement à l’esprit est toujours le même : « De toute façon, je suis trop jeune pour ces conneries. » Trop jeune, oui. Alors que j’approche quand même les 30 berges bien tapées. J’en suis à un point où cet adage me vient tout naturellement lorsqu’on me demande si je suis une mère heureuse et comblée.

Moi ?

Preuve en est… L’autre jour, je traînais mes Fila chez Camaïeu quand mon regard s’attarda sur un grand sac besace. La vendeuse me sauta aussitôt dessus, balançant son argumentaire :
« Il est joli, n’est-ce pas ? Puis, il est bien grand, super léger ! C’est vraiment pratique à utiliser comme sac à langer.
Heuuuu… Ben, c’est-à-dire que jsuis quand même un peu jeune pour avoir des enfants.
Ha, bon ?! Mais vous avez quel âge ?!
– 28.
– Oh, mais vous pourriez ! »
Pas faux. Je pense à ma copine Maurane et son nouveau né, à Gwen et ses deux grands gamins et à Anaïs, dont le fils fêtera bientôt ses 10 ans. Comme mes copines, à mon âge, je pourrais. Sauf qu’à bien considérer la dégradation de l’intellect moyen, j’ai peur que mon enfant ne souffre de se sentir au-dessus de la misérable moyenne. Alors bon, je m’abstiens.

bitch please

Puis, à observer les accumulations d’objets, de bibelots, de livres et de DVD qui s’empilent dans mon appartement, n’importe quel quidam un tant soit peu raisonnable ne pourrait m’envisager mère d’aucune façon. D’abord parce qu’un poster d’Evil Dead III trône au-dessus du clic-clac qui me sert de canapé. Ensuite, parce que mon bien le plus précieux est une collection de figurines Funko pop Buffy contre les vampires. Oh, et j’ai aussi une licorne magique Little twins star accrochée à ma fenêtre. Je ne vis pas dans un appartement de jeune adulte responsable, plutôt dans une chambre étudiante de 50 mètres carrés.

chambre d'ado
Ma chambre (actuelle)

De toute façon, les enfants sont censés se rendre à l’école. Et il est préférable de pouvoir les voiturer pour les y conduire. Or, voyez-vous : je n’ai pas le permis. Je suis un boulet à ce point. J’ai eu beau essayer, rien n’y a fait. Après dix ans de leçons de conduite et près de 10 000 euros investis, je ne sais toujours pas tenir un putain de volant. J’en suis physiquement incapable. Par ailleurs, la voiture demeure dans mon esprit une affaire d’adulte. Assurance, essence, carte grise… Rien qu’une adolescente de 28 ans ne pourrait objectivement assumer. Je peine déjà suffisamment à mensualiser mes impôts – j’en suis à ma deuxième année d’échec.

Fail
Mon espace perso sur impots.gouv

Enfin… Peut-être qu’un jour, le déclic s’opérera en moi et que je me mettrais à pondre des chiards que j’emmènerais au collège François-Mitterrand en Renault Espace. Peut-être même que je tiendrais un blog DIY titré « Maman débrouille » (non, plutôt mourir). Quoi qu’il en soit, il me semble que la première étape serait d’assumer véritablement mon âge. Comme je l’ai fait la dernière fois, lorsque le nouveau stagiaire chercha un moyen détourné de déterminer mon année de naissance :
« Mais t’étais petite en quelle année exactement ?
1994-1996, par là….
La vache ! Je pensais que t’avais 20 ans grand max, moi ! T’es grave vieille, en fait… »
Décidément, la vérité sort bel et bien de la bouche des enfants…

signature

3 Replies to “Adolescente de 28 ans, je gère mal ma vie d’adulte”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :